Skip to Content

La Ronce

La ronce commune, ou mûrier sauvage, Rubus fruticosus, est un arbrisseau de la famille des rosacées que tout le monde connait pour ses fruits sucrés mais aussi pour ses rameaux couverts de puissantes épines. Elle forme des atillis inextricables appelés ronciers.

Botanique

  • Description

La ronce est un arbrisseau vivace, aux puissantes tiges souterraines qui permettent chaque année la pousse de nouvelles tiges vivant en général deux ans et pouvant atteindre une robustesse et un diamètre conséquents. Ces tiges fleurissent et donnent des fruits, les mûres, seulement tous les deux ans.
Les pétioles de chaque feuille et les tiges qui les portent sont armés de puissantes épines recourbées.
Les feuilles, alternes, sont de forme pennée et comportent de 6 à 7 folioles aux bords dentelés.
Les tiges, après avoir atteint une longueur de 4 ou 5 mètres, ploient et touchent le sol où elles s'enracinent à nouveau par marcottage, permettant à la plante de se propager.
Les fleurs, blanc rosé, sont groupées en corymbes, possèdent de multiples carpelles et étamines, et donnent des fruits noirs luisant arrivant à maturité de fin août à fin septembre. Elles sont constituées de la coalescence de multiples drupéoles issus des carpelles de chaque fleur.

  • Répartition géographique

A l'origine la ronce provient d'Asie et d'Europe de l'Est. Désormais elle s'est acclimatée partout et souvent est considérée comme une plante nuisible car envahissante et vulnérante.

Propriétés médicinales et usages divers

  • Composition

Les fruits, très sucrés, sont une excellente source de vitamine C, de vitamines B1, B2 et B6.
Les feuilles et les jeunes pousses ont des propriétés astringentes car très riches en tannins mais aussi en vitamine C.

  • Usage interne

La ronce est réputée combattre les affections ORL telles que les angines, la toux voire les extinctions de voix en médecine traditionnelle humaine.
Elle est utilisée la plupart du temps seule et en décoction, à raison d'une poignée de feuilles pour une casserole d'eau. ( laisser bouillir 10 min, puis filtrer)
Parfois elle peut être associée à d'autre simples aux vertus adoucissantes ou béchiques, comme la sauge, l'ortie, la mauve.
La confiture de mûres, pour les enfants, était utilisée dans les mêmes indications.
La ronce est également utilisée comme diurétique, comme cholagogue.
L'infusion de jeunes pousses et la gelée de mûres sont douées de propriétés antidiarrhéiques marquées, tout particulièrement utiles chez les jeunes.

  • Usage externe

L'infusion de feuilles fraiches est employée avec succès pour traiter les stomatites légères, voire même les lésions aphteuses, en tamponnements.
La décoction dans de l'eau additionnée de vinaigre de feuilles et de tigelles est souvent utilisée en tant qu'antiseptique et cicatrisant des plaies cutanées.
L'application de feuilles fraîches ou bouillies est employée dans certaines régions pour aider à faire mûrir furoncles et abcès, mais aussi pour aider à expulser les épines et échardes intradermiques.

  • Autres usages

Bien évidemment tous les gourmands connaissent la succulente confiture de mûres.
Les amateurs en feront également des crèmes alcoolisées, des vins de mûres, du vinaigre de mûres.
La partie de la tige ayant marcotté, donnera après broyage et infusion dans de l'eau froide, des hormones de bouturage d'excellente qualité qui rendront plus d'un service dans votre jardin.

Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à nous demander conseil via la rubrique Contactez nous du site.

haut-de-page