Skip to Content

Organophosphorés et carbamate: des insecticides toxiques

Ces deux familles de substances chimiques entrent dans la composition de nombreux anti parasitaires externes de nos animaux de compagnie, incorporés dans des colliers anti puces, ou présentés en en atomiseurs ou sous forme de granulés. Leur ingestion est responsable d’intoxications graves, souvent mortelles, en raison de leur effet anti cholinesterasique
Ils provoquent l’accumulation d’un médiateur chimique, l’acetyl choline, dans le système nerveux central, et paralysent les nerfs parasympathiques ainsi que la commande nerveuse des muscles, ce que l'on dénomme paralysie de la plaque motrice.
Notons que ces substances peuvent également être inhalées ou passer par voie trans cutanée, ce qui augment leur dangerosité.
Rappelons pour mémoire que certains gaz de combat font partie de cette famille de substances neurotoxiques !!!

Les symptômes

Ils interviennent dans les quelques heures suivant le contact, l’inhalation ou l’ingestion
Ils évoluent sous deux formes, en fonction de la quantité des toxiques ingérés ou autre

  • La forme modérée

On peut observer une hypersalivation, un encombrement bronchique, des larmoiements, des nausées, des vomissements, un rétrécissement pupillaire appelé myosis, des secousses musculaires et de la bradycardie.
L’ensemble de ces symptômes fait partie du syndrome dit muscarinique

  • La forme sévère

On constate une aggravation de l’encombrement bronchique avec apparition d'une détresse respiratoire, de mictions involontaires, d'une faiblesse musculaire intense, de myoclonies, d'une paralysie des muscles respiratoires avec tachycardie.
L'évolution finale se fait vers un état d'hyperexcitation puis un coma convulsif.
L'ensemble de ces symptômes fait partie du syndrome nicotinique.
Tous ces symptômes aboutissent souvent à la mort de l’animal.
Notons aussi qu’il peut exister des séquelles neurologiques à long terme, comme des ataxies ou des paralysies flasques des membres.

Le traitement

En cas d’intervention précoce , le maître ayant vu son chien dévorer son collier anti puces par exemple , le praticien fera vomir le chien et le gardera en observation 24 à 48 h.
Sinon, après avoir lavé le chien pour le débarrasser des résidus toxiques s’il y a eu contact cutané, il faut mettre en place un traitement par l’atropine, sous perfusion, pour lutter contre le syndrome muscarinique, et utiliser les anti convulsivants comme le Valium ND.
Les échecs sont toutefois nombreux.

S’il est disponible, l’emploi du Contrathion ND, antidote spécifique des seuls organophosphorés, peut améliorer le pronostic s’il est utilisé précocement.

Les animaux auront souvent une convalescence assez longue, mettront du temps à récupérer, semblant véritablement épuisés par les convulsions, diarrhées et autre.

Les médecines naturelles peuvent éventuellement permettre une meilleure récupération, mais leur emploi ne peut être envisagé dans le traitement de l’intoxication elle-même.

L'intoxication aux insecticides est toujours une urgence : consultez rapidement votre vétérinaire.

haut-de-page