Skip to Content

Mort aux rats : intoxication aux anticoagulants

L’intoxication par les substances anti coagulantes est parmi les plus fréquentes. En effet, nombre de maîtres désireux de se débarrasser des rongeurs qui infestent leurs caves et greniers, achètent en vente libre des rodenticides dont la composition de nos jours est essentiellement à base des-dites substances anticoagulantes. Les rongeurs, les rats tout particulièrement, sont des animaux méfiants. Seuls un ou deux d’entre eux va goûter un nouvel aliment. En cas de problème, celui-ci ne sera pas ingéré par le reste de la petite troupe. Pour contrecarrer ce comportement, les industriels ont cherché des poisons qui agiraient fort loin de l’ingestion. Ce qui est le cas des anti coagulants récents.

Leur mode d’action

Les anti coagulants sont des anti vitamine K. De ce fait ils empêchent la synthèse par le foie de certains des facteurs de coagulation. Lorsque les facteurs de coagulation auront naturellement disparu, aucun facteur ne pourra alors prendre le relai.
La coagulation étant perturbée ou impossible, des hémorragies internes spontanées surviendront et entraîneront le décès du rat….ou du chien !
Les anti coagulants récents vont bloquer cette synthèse au bout de 3 à 5 jours, d’où l’effet retard de ces substances et la difficulté de relier ingestion et intoxication. On rencontre fréquemment les deux molécules les lus utilisées, le dicoumafène et l’acétate de bromadiolone, sous la forme de grains de blé enrobés, ou de plaquettes ensachées, de couleur vive, rose, bleue ou jaune.

Les symptômes

Les symptômes sont évocateurs de phénomènes hémorragiques, de problèmes liés à la coagulation. On peut rencontrer des saignements de nez, des urines ou des selles contenant du sang, des hématomes volumineux, des pétéchies qui sont de minuscules zone hémorragiques dans les plans superficiels de la peau ou des muqueuses, une couleur très pâle des muqueuses , un essoufflement et de la tachycardie.

D’autres symptômes sont parfois difficiles à relier aux anticoagulants. Ainsi les boiteries dues aux épanchements hémorragiques intra articulaires, la  dyspnée et la toux consécutives aux hémorragies intra pulmonaires, et aux épanchements intra thoraciques et une augmentation du volume abdominal en raison des épanchements sanguins dans la cavité abdominale.
Tous ces symptômes sont d’une haute gravité et la mort survient souvent de façon brutale malgré le traitement.

Le traitement

Le lavage d’estomac est chose rare, hormis lorsque le chien est pris sur le fait en train d’avaler des appâts empoisonnés.
La prise en charge doit être des plus rapides.
L’animal est mis sous Vitamine K1 par voie injectable et placé sous surveillance. En cas de non-amélioration, une transfusion peut permettre de lui apporter des facteurs de coagulation. La vitamine K1 sera poursuivie oralement au moins 3 semaines s’il a pu survivre aux premières hémorragies.

Les médecines naturelles, inutiles dans la phase aigüe de l'intoxication, pourront contribuer à accélérer la convalescence. Elles aideront l'animal à lutter contre l'anémie, et aideront les reins et le foie à épurer l'organisme des déchets consécutifs au métabolisme des volumes sanguins ayant quitté le secteur vasculaire.

Consultezles ouvrages généralistes en vente dans notre Boutique, et n'hésitez pas à nous demander un conseil personnalisé via notre rubrique Prestations en ligne.

haut-de-page