Skip to Content

Parvovirose canine

La parvovirose canine, aussi appelée gastro entérite hémorragique, voire « parvo » tout court, est une maladie virale à la contagiosité et à la fréquence très élevées. Elle sévit toujours malgré des années de vaccination et fait tous les ans de nombreuses victimes. Elle est causée par un virus de petite taille, le parvovirus, qui est extrêmement résistant à la chaleur, aux U.V, à des nombreux détergents et antiseptiques, en particulier les antiseptiques alcoolisés. De ce fait, il peut persister dans le milieu environnant durant des périodes de 5 à 6 mois, augmentant les risques de contagion. Enfin, de nombreuses souches virales ont été découvertes, le parvovirus étant sujet à de nombreuses mutations.

La contamination

Les chiots allaités par leur mère, si celle-ci est correctement vaccinée, seront protégés par les anti corps du colostrum durant leurs 5 à 6 premières semaines de vie.
C’est à cet âge qu’ils sont les plus sensibles au parvovirus, car leur système immunitaire n’est par encore efficace , la protection vaccinale n’étant pas encore mise en route. Mais les adultes non vaccinés seront tout aussi réceptifs au virus, surtout les chiens vivant en groupe dans les chenils ou les élevages, ainsi que les chiens âgés.

Toutes les sécrétions, les matières fécales, les urines, le lait, le sang, les larmes, les mucosités respiratoires sont riches en virus chez les animaux malades.
La contamination des chiens pourra donc se faire par le contact direct avec un malade, par voie orale ou respiratoire, mais aussi par le milieu environnant.
Le sol, les gamelles, les caresses du maître qui ne s’est pas lavé les mains, les chaussures, tous les objets ayant été en contact direct ou indirect avec le malade présentent un risque de transmission du virus.


Les symptômes

La période d'incubation peut durer de 3 jours à 2 ou 3 semaines, sans aucun symptômes. Existent ensuite deux grands types de symptômes, déterminant deux types de parvovirose, qui peuvent exister en même temps sur l’animal malade ou non.

  • La forme digestive

Il s’agit de la forme la plus fréquente, et débute par une forte fièvre, une prostration accompagnée d’une anorexie totale.
Elle se poursuit par une gastro entérite hémorragique entraînant une forte déshydratation et une anémie marquée, et évolue très souvent vers le décès de l’animal atteint.

  • La forme cardiaque

Plus rare, mais aussi plus brutale, elle se traduit par une atteinte du myocarde pouvant entraîner un décès brutal sans symptômes annonciateurs.
Quelle que soit la forme, le parvovirus affaiblit considérablement les défenses immunitaires, le chien malade pouvant alors souffrir d’infections intercurrentes, en particulier d’affections respiratoires.

Le diagnostic

Très souvent les seuls symptômes observés sur des chiots ou des chiens âgés non vaccinés, vivant en chenil ou autre forme de vie en groupe, suffisent pour établir un diagnostic.
Toutefois, le diagnostic de certitude se fait sur un prélèvement de selles ou d'autres sécrétions, sur lequel sera faite une recherche de virus par méthode PCR, ou sur un prélèvement sanguin sur lequel seront pratiqués des tests réalisables en clinique selon la méthode ELISA ).

Le traitement

Il n’existe pas de traitement spécifique. Seul un traitement symptomatique associant des  perfusions, des antispasmodiques par voie injectable, des antibiotiques et des anti hémorragiques, pourra être mis en route. La guérison peut être obtenue, mais très souvent la mort survient au bout de 3 à 5 jours, quels que soient les soins entrepris.

La prévention

  • L'Hygiène

Les règles d’hygiène sont primordiales. Le respect d'une  quarantaine pour les animaux avant leur  introduction, une désinfection des sols, du matériel, des chaussures et des mains avec des antiseptiques adaptés, en particulier les dérivés chlorés, l'eau de Javel, la solution de Dakin.

Eviter de mettre vos chiots non vaccinés en contact avec des chiens adultes. Il faut donc éviter les promenades et les visites à votre domicile d’amis ayant des chiens non vaccinés.
 

  • La Vaccination

La prévention fera surtout appel à la vaccination, à partir de deux mois avec les vaccins classiques, dès 6 semaines avec les vaccins à virus vivants atténués.

Les médecines naturelles pourront être utilisées en tant que traitement adjuvant mais ne seront malheureusement pas d’un grand secours vis-à-vis de ce redoutable virus.

haut-de-page