Skip to Content

Hépatite de Rubarth

Maladie virale due à un adénovirus de souche CAV1, elle est aussi dénommée hépatite contagieuse canine.
Fréquente en Europe et aux USA, cette maladie virale peut présenter plusieurs formes et souvent guérir spontanément.
Mais elle peut malgré tout entraîner des séquelles graves et invalidantes de cirrhose hépatique.

La contamination

L’adénovirus est moyennement résistant dans le milieu environnant, étant détruit par la chaleur et les UV.
Toutes les sécrétions corporelles sont riches en virus.

La contamination pourra donc se faire par contact direct entre animaux, mais aussi par l’intermédiaire du milieu environnant et du matériel d’élevage. Parfois les insectes ou acariens piqueurs peuvent jouer le rôle de vecteur du virus.

La première phase suivant la contamination est localisée à la zone pharyngée où le virus se multiplie.

Les symptômes

Après une période d’incubation de 3 à 6 jours, la maladie peut évoluer sous 4 formes

  • La forme suraiguë

On la rencontre chez les chiots âgés de 6 semaines à un an maximum.
Diarrhées, vomissements, hyperthermie violente, hémorragies diverses, aboutissent toujours à un état de choc majeur pouvant tuer l’animal en quelques heures, jusqu’à deux jours
Cette forme foudroyante est peu fréquente de nos jours.

  • La forme aiguë :

Elle se traduit par de l'apathie, de la fièvre durant 2 jours et des symptômes d’hépatite dominent le tableau clinique.
Un ictère, des vomissements et de la diarrhée, parfois des symptômes oculaires, la cornée prenant une teinte bleutée, évoluent sur 8 à 10 jours, débouchant le plus souvent sur la guérison, ou plus rarement sur le décès du chien.

  • La forme subaiguë ou atténuée

Tous les symptômes décrits précédemment sont présents, mais sous une forme moins sévère.
La guérison est systématique.
La kératite bleue est quasi systématique, et les risques de séquelles hépatiques ou rénales importantes.

  • La forme chronique

C’est une forme asymptomatique le plus souvent, avec une multiplication virale en zone pharyngée,  ainsi que dans des organes tels que le foie et les reins.
Malheureusement, quelques semaines ou quelques mois plus tard, peut subvenir une atteint hépatique évoluant vers une cirrhose, et/ou une insuffisance rénale.
Ascite, appétit capricieux et amaigrissement sont alors de mauvais pronostic.

Notons également que la moitié des chiens contaminés vont développer seulement une pharyngite sans pratiquement aucun symptôme, puis guérir spontanément, mais sont contagieux durant toute cette phase.

Le diagnostic

La clinique est souvent insuffisante.
Seuls des tests de laboratoire peuvent permettre un diagnostic de certitude
On effectue alors une recherche virale sur des écouvillonnages pharyngés ou sur des raclages cornéens par recherche d’inclusions virales.
Il n’y a pas de test rapide.

Le traitement et la prévention

Il n’y a pas de traitement spécifique, hormis l’utilisation de sérum homologue canin, à condition de débuter les injections durant les deux premiers jours de la maladie, ce qui est difficile à envisager car le diagnostic de l'affection est malaisé.

Sinon le praticien mettra en route un traitement symptomatique de la gastro entérite, de l’état de choc et ,éventuellement, des symptômes oculaires. Des perfusions, une administration d'antispasmodiques et antivomitifs par voie injectable sont ainsi mis en place.

La mortalité des chiots ou des chiens très âgés reste élevée dans les formes aiguës.
C’est pourquoi la prévention est essentielle : les mesures d’hygiène classiques, quarantaine, désinfection des locaux, ne remplacent jamais la protection vaccinale.

Les vaccins sont souvent associés aux autres valences, mais seront effectués seuls s’ils sont fait précocement dès 6 semaines , en utilisant des souches de  vaccins à virus vivants atténués.

Hépatite de Rubarth et médecines naturelles

Peu utiles dans la phase d’état, les médecines naturelles peuvent permettre d’accélérer la convalescence et de diminuer les risques de séquelles, en particulier les risques de cirrhose.
La phytothérapie s'avèrera très efficace pour que le chien retrouve une fonction hépatique normale, ou presque.
En effet, de nombreuses plantes médicinales ont des vertus cholagogues, cholérétiques et hépatoprotectrices.

Le diagnostic d'hépatite ne peut relever que de l'avis de votre vétérinaire.

La lecture des ouvrages La santé par les plantes et Homéopathie Vétérinaire vous apportera de nombreux conseils pour choisir des plantes permettant un traitement des insuffisances hépatiques modérées.
N'hésitez pas à nous demander une prescription personnalisée via notre rubrique Prestations en ligne.

haut-de-page