Skip to Content

Les luxations

Une luxation est un défaut de stabilité d'une articulation, d'origine congénitale ou consécutive à un traumatisme. Ce défaut de stabilité aboutit systématiquement au fait que les surfaces articulaires ne sont plus en contact (non congruence).

Diagnostic

Le diagnostic d'une luxation totale est le plus souvent aisé, le propriétaire lui même parvenant quelquefois à deviner l'origine de la boiterie.
Malheureusement il est toujours beaucoup plus difficile de diagnostiquer les subluxations.
De même il est souvent malaisé de savoir si cette subluxation est consécutive à d'autres problèmes que connait l'articulation en cause ou bien, au contraire, si cette subluxation est la cause des autres problèmes observés sur cette articulation.
C'est pourquoi le recours à la radiographie doit toujours être la règle.
 

Principales luxations observées chez les carnivores domestiques

  • L'articulation de la hanche

La luxation totale est en général consécutive à un accident.
Elle se traduit par une boiterie aiguë et un raccourcissement du membre. En effet, le plus souvent, la tête du fémur se place au dessus de la cavité articulaire (acétabulum) ce qui a pour conséquence d'observer une patte plus courte de quelques centimètres.
La luxation doit être réduite manuellement dans les 24 heures sous anesthésie générale.
Une immobilisation de quelques jours est toujours nécessaire.
En cas d'échec ou de récidive spontanée, la chirurgie est obligatoire : Le praticien réduit la luxation après avoir atteint chirurgicalement l'articulation, si possible en lésant le moins possible les structures molles adjacentes (muscles, ligaments, tendons...).
Il en profite alors pour stabiliser la réduction par diverses techniques (reconstruction du ligament rond, capsulorraphie).
Parfois l'ablation de la tête du fémur est inévitable, pour permettre à l'animal de remarcher rapidement . Cette intervention est courante dans les cas de luxations trop anciennes ou accompagnées de lésions de la tête fémorale.

  • L'articulation du coude

Cette luxation est beaucoup plus rare, toujours d'origine traumatique.
Toutefois il est décrit une forme de luxation congénitale qui accompagne une autre anomalie de l'extrémité de l'humérus.
La réduction par manipulation sous anesthésie générale est la plupart du temps efficace si elle est réalisée rapidement après le traumatisme.
La réduction chirurgicale est parfois nécessaire, si la lésion est trop ancienne ou si trop de débris cartilagineux encombrent la cavité articulaire.

  • Les articulations carpiennes ou tarsiennes ("poignets et chevilles ")

Essentiellement traumatiques, ces luxations revêtent un très grand nombre de formes, en raison du grand nombre d'os composant ces régions anatomiques.
Le diagnostic repose toujours sur la radiographie, en général sous tranquillisation ou anesthésie générale, car il faut mettre l'articulation concernée en position forcée, hyper flexion, hyper extension, etc, ce qui est toujours très douloureux.
La réduction et la stabilisation passent le plus souvent par une chirurgie réparatrice, car une simple immobilisation parvient rarement à stabiliser l'articulation.

  • L'articulation du genou

La luxation totale entre tibia et fémur est rare, du fait que les ligaments, tendons, muscles qui entourent l'articulation la rendent stable et solide.
Par contre, la subluxation est fréquente chez les chiens. Elle est le plus souvent la conséquence de la rupture du ligament croisé antérieur. On observe alors ce que l'on nomme un signe du tiroir positif : le tibia peut « avancer » par rapport au fémur à la manipulation du genou.
Les soins font toujours appel à la chirurgie qui vise à remplacer le ligament croisé par une prothèse (plastie des ligaments croisés).
Rappelons pour mémoire la luxation congénitale de la rotule chez les chiens de races naines. Elle entraîne des boiteries aiguës intermittentes. Selon son degré de gravité, elle relève de simples antalgiques administrés de temps en autres, ou bien d'interventions visant à stabiliser la rotule et reconstruire le genou.

De nombreuses autres articulations sont concernées par cette pathologie, en particulier les articulations intervertébrales.
Les luxations au niveau du rachis revêtent en général un caractère de gravité et d'urgence extrême.

Luxations et médecines naturelles

  • L'alimentation

Une alimentation saine et équilibrée permet à l'animal d'acquérir une solidité importante au niveau des ligaments, des tendons et des capsules articulaires.
De plus, en luttant contre l'obésité, nombre de pathologies articulaires pourront être évitées.
Ainsi la fréquence des luxations et des subluxations est-elle plus importante dans les populations d'animaux obèses. (efforts au niveau articulaire plus importants, structures péri articulaires plus fragiles....)

  • Phyto aromathérapie

Les huiles essentielles, telles celle d'arnica ou de gaulthérie, des extraits de plantes comme l'ananas vont pouvoir être employés fort justement, une fois la luxation réduite, pour diminuer la douleur, l'oedème et l'inflammation. Leur usage permettra une récupération plus rapide et de meilleure qualité.

  • Homéopathie

L'administration d'arnica montana en 4,5 et 7 CH immédiatement après le traumatisme permettra de réduire la douleur et l'inflammation, ce qui facilitera la réduction puis la récupération.

Toute boiterie aiguë doit toujours conduire à consulter votre praticien.
Une luxation non réduite à temps conduit au mieux à une intervention chirurgicale qui aurait pu peut être être évitée, au pire à des lésions d'arthrose qui handicaperont l'animal jusqu'à la fin de ses jours.

Pour plus d'informations, consultez nos ouvrages « La santé par les plantes » ou « La pharmacie naturelle des premiers soins » en vente dans la boutique du site.

haut-de-page