Skip to Content

Plaies et ulcères cornéens

Les plaies et les ulcères de la cornée représentent une grande part des urgences rencontrées en ophtalmologie vétérinaire.
La plaie de la cornée est toujours la conséquence d’un traumatisme violent par une griffure, une branche d’arbre, un coup de feu et aboutit à sa perforation.
L’ulcère cornéen, lui, évolue sur un mode moins rapide, moins brutal. Il peut être causé par la présence d’un corps étranger sous la paupière, un épillet par exemple, qui va « frotter » sur la cornée et la léser.
L’ulcère peut aussi provenir d’une atteint virale, comme dans la maladie de Carré ou dans l’ulcère herpétique lors du coryza félin.
Un déficit en larmes, des malformations des paupières comme l'entropion, l'ectropion, le dystichiasis, une infection comme une streptococcie, font également partie des causes fréquentes de l’ulcère de cornée.
Les ulcères cornéens non traités peuvent évoluer vers la perforation en quelques jours voire moins.

Les lésions non perforantes : symptômes

Le symptôme prédominant est la douleur souvent violente.
L’animal garde les paupières closes en permanence, il refuse les atmosphères trop lumineuses, il souffre de photophobie.
A l’ouverture des paupières, on peut voir une rougeur des conjonctives, de la sclére ou blanc de l’œil , et un larmoiement important.

La blessure ou l’ulcère peut être visualisé directement. Parfois il est nécessaire d’appliquer un collyre à la fluorescéine qui se fixe sur les lésions et les colore en vert clair, pour pouvoir les mettre en évidence.
L’exploration du globe et des culs de sac conjonctivaux permettra de rechercher la présence éventuelle d’un corps étranger.
En résumé les symptômes sont:

  • Douleur
  • Photophobie ou peur des luminosités trop fortes
  • Rougeur
  • Larmoiement
  • Plaie
  • Corps étranger éventuel
     

Les lésions perforantes : symptômes

Ces lésions intéressent toute l’épaisseur de la cornée ( 0,6 à 0,9 mm ), et présentent toujours un caractère de gravité.
En effet, outre la blessure de la cornée, ces blessures peuvent léser la chambre antérieure de l’œil, l’iris, le cristallin voire même les corps ciliaires qui sont les structures qui sécrètent les humeurs de l’œil et où s'attache le ligament suspenseur du cristallin.
La blessure peut permettre le passage intra oculaire d’éléments infectieux recouvrant le corps vulnérant.

Les séquelles d’uvéite ( inflammation des structures ci-dessus décrites ) rendent les plaies perforantes coupables de nombreux cas de cécité.

Les symptômes, douleur, rougeurs, larmoiement, photophobie sont les mêmes que dans les lésions non perforantes.
Parfois même, la douleur est moindre car les zones profondes de la cornée sont moins innervées que sa superficie.

Aux examens décrits précédemment viendront toujours se rajouter des examens des structures internes du globe oculaire, sous atropine pour dilater la pupille.
Le praticien réalise ainsi un fond d’œil, un examen à la lampe à fente pour rechercher des dépôts inflammatoires dans la chambre antérieure.
Il ne lui faut rien négliger, sous peine que la plaie n'aboutisse à la perte de l’œil.

Les traitements des ulcères et plaies cornéens

  • Plaies et ulcères superficiels

Le traitement, essentiellement médical, consistera à instiller des collyres antibiotiques, antalgiques comme les collyres à l' atropine , éventuellement des anti inflammatoires non stéroïdiens par voie orale.

Des collyres cicatrisants comme le collyre NAC par exemple, ou la pose de lentilles cornéennes jouant le rôle de pansement cornéen pourront accélérer la cicatrisation.

L’ensemble de ces mesures permettra souvent une guérison en 6 à 8 jours, surtout si une collerette est posée sur l’animal pour empêcher tout grattage.

  • Plaies et ulcères profonds non perforants

Au traitement médical vient se rajouter un traitement chirurgical pour accélérer la cicatrisation.

  • Dépôt de colle cyano acrylate pour obturer la surface de la lésion
  • Tarsoraphie, qui consiste à cacher la surface oculaire par la 3° paupière qui est suturée provisoirement pour ne pas se rétracter
  • Greffe de pédicule conjonctival si la surface lésée est importante. Une porttion de conjonctive est suturée par des micropoints à la surface de la cornée

Les traitements médicaux sont similaires.

  • Plaies et ulcères perforants

Les plaies perforantes seront toujours suturées, une tarsoraphie venant compléter cette chirurgie réparatrice.
Les traitements médicaux sont les mêmes.
Les plaies punctiformes très fines peuvent cicatriser spontanément sous collyre.

Plaies, ulcères cornéens et médecines naturelles

L’homéopathie par voie orale permet une prise en charge de la douleur et de l’inflammation sans effet secondaire néfaste sur le phénomène de cicatrisation.
Des lotions oculaires nettoyantes et apaisantes pourront être préparées à base de remèdes à dilution para homéopathique.
Des collyres antiseptiques et antalgiques préparés à base de dilutions para homéopathique, par exemple à partir d'Euphrasia, pourront calmer la douleur en attente de la visite impérative chez le vétérinaire.

Toute suspicion de plaie ou ulcère de la cornée est une urgence. Consultez rapidement votre vétérinaire.

Vous trouverez de nombreux conseils en lisant nos ouvrages généralistes en vente dans la Boutique du site.

haut-de-page