Skip to Content

Epillets : une malédiction estivale

Les épillets en cause sont des épis de graminées sauvages, folle-avoine entre autres, qui se détachent des tiges à la fin du printemps, se dessèchent et durcissent. Ils sont alors susceptibles de s’accrocher dans les poils de nos animaux, puis de s’introduire dans les conduits auditifs, les espaces inter digités, les narines, sous les paupières, et dans divers autres orifices, tels les méats des glandes anales, le fourreau, l’orifice vulvaire….
De par leur forme particulière, « en parapluie fermé », ils ne peuvent que rarement reculer, et s’enfoncent de plus en plus loin dans l’organisme, sous l’action des oscillations de la tête, pour les épillets auriculaires, sous l’effet des inspirations pour les épillets intra nasaux, sous l’effet du grattage et du léchage pour les épillets sous cutanés.
Jouant le rôle de véritables corps étrangers de grande taille, ils sont responsables d’otites, de rhinites hémorragiques, d’abcès, voire même de graves lésions internes, comme des pneumonies par corps étranger, des spondylo-discites et nombre d' abcès internes….

Les symptômes

Bien évidemment la symptomatologie dépendra de la localisation de l’épillet. Il faudra toujours soupçonner cette pathologie, lorsque les symptômes apparaissent très brutalement durant une promenade champêtre à la belle saison.

  • Les épillets intra auriculaires

Ils provoquent des mouvements de tête incessantsaccompagnés de gémissements, un port de la tête déviée vers le bas d’un seul côté. Puis, éventuellement, si l’on n’a pas consulté, apparaissent des suppurations, une production de cérumen en très grande quantité et des odeurs nauséabondes de macération.

  • Les épillets intra nasaux

Ils se traduisent par des crises d’éternuements irrépressibles, de plus en plus violents, des écoulements séreux puis sanguinolents pouvant alors devenir très indicatifs de la présence d’un corps étranger dans les cavités nasales.

  • Les épillets inter-digités

Ils entraînent une boiterie accompagnée d'un œdème du bas de la patte, et de la présence d’une fistule entre les doigts d’où peut s’écouler une quantité plus ou moins importante de pus.

  • Les épillets sous palpébraux

Ils sont responsables d’œdème des paupières, de larmoiements intenses, d'un œil fermé en permanence, de photophobie, car les frottements de l’épillet sur les conjonctives et la cornée produisent une conjonctivite, et pire, une kératite pouvant aboutir à un ulcère cornéen.

Toutes les autres localisations entraînent une symptomatologie spécifique.

Dans tous les cas, quels que soient les efforts de l’animal pour tenter d’expulser l’épillet, ces efforts resteront vains, aboutissant en fait à l’effet inverse, à savoir faire migrer le corps étranger toujours plus loin, rendant son extraction de plus en plus difficile, sa recherche parfois tellement malaisée qu’elle en devient presque impossible.

Le traitement

Hormis un épillet dont une des extrémités reste bien visible, donc un épillet que vous pourrez extraire à la pince à épiler avec douceur, toute suspicion d’épillet doit vous conduire à consulter votre vétérinaire.

L’extraction d’un épillet intra auriculaire pourra souvent se faire au cours d’une simple consultation.
Celle d’un épillet intra nasal nécessitera toujours une anesthésie générale.
Un épillet sous palpébral pourra éventuellement être retiré après instillation d’un collyre anesthésique.
Les épillets inter-digités pourront demander une anesthésie générale et une exploration chirurgicale s’ils ont migré assez loin de l’orifice fistulaire.

Toutefois, quelques petites astuces peuvent vous permettre d’attendre le lendemain pour consulter, si les symptômes interviennent tard dans la soirée ou un week-end.

  • Instiller quelques gouttes d’huile de table dans l’oreille permettra de diminuer la douleur en enrobant l’épillet, le rendant ainsi moins vulnérant.
  • Des bains de patte avec de l’eau bouillie tiédie et javellisée, soulagera, et dans de rares cas permettra de faire sortir l’épillet.
  • Une instillation d’huile goménolée dans la narine d’où coulent les sérosités sanguinolentes, peut diminuer l’intensité des éternuements et éviter des dégâts au niveau des muqueuses, le temps de pouvoir consulter.

La prévention

Chez vous, tondez la pelouse régulièrement, et brûlez les foins coupés.

Inspectez le pelage de votre animal au retour des balades, de façon à retirer les indésirables car, souvent, ce sera le chien lui-même qui fera pénétrer par léchage les épillets qui le picotent entre les doigts, par grattage les épillets qui « chatouillent » à l’entrée d’une oreille…

Pensez à faire tondre les pattes, depuis le bout des doigts jusqu’au-dessus du poignet ou du jarret, à faire tondre les joues, l’intérieur des pavillons et les zones entourant l’entrée du conduit auditif.

Vous pourrez aussi étaler une noisette de vaseline sous l’entrée du conduit auditif avant chaque promenade.

Médecines naturelles

De nombreuses préparations, huiles et onguents à base de plantes, pourront compléter avec efficacité l’extraction des épillets intra auriculaires.
Des lotions antiseptiques et cicatrisantes pourront avantageusement être utilisées suite à l’extraction des épillets inter-digités. L’homéopathie pourra aider à faire mûrir les abcès et accélèrera leur guérison après l’extraction de l’épillet.

Dans la plupart des cas la présence d'un épillet nécessite une visite chez le vétérinaire. Un épillet sous une paupière ou dans une cavité nasale est toujours une urgence.

Pour tout conseil personnalisé concernant les soins post opératoires d'une chirurgie d'extraction d'épillet, n'hésitez pas à vous reporter à notre rubrique Prestations en ligne

haut-de-page