Skip to Content

Ectopie testiculaire

Il s'agit d'une anomalie de positionnement d'un ou des deux testicules, d'origine héréditaire, anomalie favorisée par la consanguinité.
Elle est la conséquence d'une absence de migration ou d'une migration partielle du testicule durant la période foetale, puisque le testicule est voisin du rein durant les premiers jours de la vie embryonnaire puis descend dans les bourses entre la 6° et la 10° semaine.
Il ne faut pas la confondre avec l'anorchidie qui est une absence totale de gonades, ce qui est rarissime.

Les différentes formes

L'ectopie testiculaire peut concerner l'un ou l'autre des testicules, voire les deux.
Très souvent lors de monorchidie, c'est à dire d'ectopie unilatérale, l'ectopie concerne le testicule droit.
Cette anomalie est très fréquente, puisque l'on considère qu'elle touche 10% des chiens adultes.

  • Ectopie abdominale ou cryptorchidie : Le testicule ou les deux sont à l'intérieur de la cavité abdominale, les bourses et le canal inguinal sont vides.
  • Ectopie inguinale: Le testicule, le canal déférent et l'épididyme sont dans le canal inguinal et peuvent être la plupart du temps palpés sous la peau. (Le canal inguinal est le canal passant entre les muscles abdominaux, reliant la cavité abdominale à la région de l'aine)
  • Ectopie abdomino inguinale: Le testicule est intra abdominal, l'épididyme et le canal déférent sont dans le canal inguinal.
  • Ectopie inguino scrotale : Le testicule et ses annexes se situent à mi chemin entre les bourses et la sortie du canal inguinal. Ils sont donc directement sous la peau de l'aine.

Les symptômes

  • La stérilité: Le testicule intra abdominal est soumis à une température de 38°5, alors qu'en position intra scrotale cette température est inférieure de 1 à 1,5°. De ce fait, le testicule ectopique ne fabrique aucun spermatozoïde. L'ectopie testiculaire bilatérale rend le chien stérile, la monorchidie permet au chien d'être fertile le plus souvent, et de transmettre cette tare.
  • La tumorisation: Le testicule ectopique peut, à partir de l'âge de 6 ou 7 ans, subir un processus de cancérisation.
  • Les troubles du comportement: Ils sont liés à des troubles de la sécrétion hormonale du testicule ectopique, entraînant selon le dérèglement observé, de l'apathie, ou au contraire du nervosisme. Assez souvent, les chiens ectopiques peuvent exprimer des réactions d'agressivité passagères ou permanentes, en raison d'un excès d'hormones males comme la testostérone. En cas de sertolinome,tumeur des cellules de Sertoli au sein du testicule, le testicule ectopique sécrète énormément d'hormones femelles. Dans ce cas on observe un syndrome de féminisation, avec alopécie bilatérale, attirance pour les males, miction e position accroupie, gynécomastie, etc....
  • Autres symptomes : Troubles urinaires ou du transit digestif lorsque le testicule tumorisé comprime la vessie ou l'intestin, douleur et boiterie si le testicule tumorisé est en position inguinale.....


Le diagnostic

Il ne se réalise qu'à partir de la 10° semaine de vie du chiot, car le testicule peut migrer dans le scrotum jusqu'à cette date là. Une absence de testicule constatée plus précocément ne serait donc pas significative.

  • La palpation: Elle permet de constater, à partir du 2° ou 3° mois de vie du chiot, l'absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum. Elle est souvent difficile à mettre en oeuvre pour déceler la présence d'un testicule en position inguinale.
  • L'incision chirurgicale: Elle peut permettre de mettre en évidence ( et d'enlever?) un testicule en position inguinale, si la palpation reste douteuse.
  • L'échographie: Technique dans ce cas difficile à mettre en oeuvre, elle peut permettre de repérer la position exacte du testicule ectopique et de ses annexes, facilitant ainsi une éventuelle intervention chirurgicale.

Le traitement

1°Le traitement médical

Nous ne pouvons que le déconseiller, et ce pour deux raisons

  • Il permet à cette affection héréditaire de poursuivre sa diffusion dans une population canine, et surtout dans une race donnée.
  • Il aboutit souvent à des résultats très décevants, vu la complexité de sa mise en oeuvre.

Il consiste en des injections hormonales qui doivent être entreprises le plus tôt possible pour espérer être efficaces.

  • Une injection unique de testostérone sous forme retard, dosée entre 25 et 100 mg selon la taille.
  • Des injections tous les deux jours de Gonadotrophine chorionique, en deux cures d'une durée de 10 jours,  à 8 jours d'intervalle.

2° Le traitement chirurgical

  • Le traitement conservateur ou orchidopexie: Il consiste à faire descendre le testicule dans les bourses et à le fixer par quelques points de suture au fond de celles-ci. Nous le déconseillons vivement de par le fait qu' il permet la diffusion de cette tare génétique, que le testicule ainsi fixé est souvent lésé et peu viable, et enfin qu'il n'empêche pas à 100% la cancérisation.
  • L'ablation ou crytorchiectomie: Il faut enlever le testicule ectopique et le testicule sain. Toutefois on peut laisser le testicule sain jusqu'à la puberté de l'animal pour ne pas entraver son développement staturo pondéral.

3° Les médecines naturelles

Envisager de traiter par l'une ou l'autre des médecines naturelles ne serait ni souhaitable (voir plus haut), ni facile à mettre en oeuvre.
Bien évidemment, la prise en charge des phase préopératoires et postopératoires en homéopathie et phytothérapie sera d'un grand secours pour le chiot ou le chaton opéré de sa cryptorchidie.


Consultez nos ouvrages en vente dans la Boutique du site et n'hésitez pas à nous demander conseil via notre rubrique Prestations de soins.

haut-de-page