Skip to Content

Otites

Les otites sont la plupart du temps une inflammation du conduit auditif externe chez le chien et le chat.
Elles se traduisent donc par une douleur, un érythème, parfois du prurit, et un œdème de la paroi du conduit.
L’animal secoue la tête, se gratte les oreilles, gémit.
La douleur est souvent la cause de réflexes de défense. Attention donc lors des manipulations des oreilles de votre chien!
De toute façon, seul un examen à l’otoscope, donc réalisé par votre vétérinaire, permettra d’établir diagnostic et traitement.

Les otites parasitaires : les otacariases

Vous pourrez vous reporter à l'article La gale des oreilles
En résumé, les otites parasitaires sont causées par la présence dans les conduits auditifs d’un acarien nommé Otodectes cynoti.
Parfois les parasites de la gale du corps, Sarcoptes scabiei, peuvent également déclencher une otacariase.
La présence des parasites déclenche l’inflammation du conduit auditif et l’hypersécrétion de cérumen, donc l’apparition d’une otite cérumineuse.
L’otacariase, très prurigineuse, concerne la plupart du temps les deux oreilles qui sont envahies d’un abondant cérumen de couleur très foncée.

Le traitement fait appel aux antiparasitaires et aux lotions destinées à dissoudre le cérumen pour dégager les conduits et favoriser l’action de l’antiparasitaire.

Les otites par corps étranger

Vous vous reporterez à l'article Les épillets.
Les épillets provoquent une otite inflammatoire douloureuse, d’apparition brutale suite à une promenade estivale dans les champs par exemple.
Le chien secoue la tête, la tient penchée du coté atteint, gémit.

L’extraction de l’épillet doit être faite rapidement  par le vétérinaire, et une lotion nettoyante et apaisant sera prescrite.
Cette prise en charge devra être rapide pour éviter d’éventuelles lésions perforantes du tympan.

Les otites allergiques

Que votre animal soit atopique suite à une allergie aux pollens ou  moisissures, qu'il souffre de DAPP ( voir ce chapitre ), ou d’allergies de contact comme une hypersensibilité à certains collyres auriculaires, l’otite allergique dont il souffre peut toucher l’un des conduits ou les deux. 
L’inflammation est toujours présente, les sécrétions souvent de couleur beige clair, le prurit pouvant rester modéré.
Les atteintes dermatologiques sont souvent généralisées, avec des lésions cutanées sur toute la surface du corps.

Le traitement sera avant tout celui de l’allergie, à savoir une désensibilisation, la mise en place d'un régime d’éviction, et l'usage de corticoïdes.
Bien évidemment, l’arrêt des collyres responsables de l’allergie de contact, restera le traitement de ce type d'otite

Les otites séborrhéiques

Cette forme d’otite n’est qu’une des composantes de l’affection dermatologique que l’on rencontre dans certaines races comme les Epagneuls, Cockers et autres Setters, à savoir la dermatite séborrhéique.
L’hypersécrétion de sébum et de cérumen entraîne l’accumulation de ce dernier dans les conduits, puis sa macération.
La complication de surinfection bactérienne est donc très fréquente.
Les deux conduits sont atteints, libèrent du cérumen en excès et dégagent une odeur nauséabonde.
Le prurit reste la plupart du temps modéré voire absent.
Le traitement est celui de l’hyper séborrhée, à savoir des administrations d’acides gras essentiels et de Zinc per oset l’application de lotions et bains auriculaires céruménolytiques.
Notons que les baignades, les malformations du conduit, les corps étrangers, favorisent ces formes d’otites, voire leur surinfection.

Les otites suppurées aiguës

Qu’elles soient primitives ou consécutives à une autre forme d’otite, les otites suppurées aiguës sont des affections extrêmement douloureuses, entraînant un grattage avec gémissements, et la présence de sécrétions purulentes de couleur claire, parfois teintées de sang, et d’odeur nauséabonde.
La face interne des pavillons est très souvent fortement érythémateuse.
Les bactéries en cause sont souvent résistantes aux antibiotiques, Staphylocoques, Protéus, Pseudomonas.
Fréquemment, des levures sont également présentes, notamment le trop célèbre Pityrosporum canis que certains auteurs décrivent comme présents dans 70 % des otites suppurées ou cérumineuses.

Le traitement fera appel à des collyres nettoyants, des collyres antibiotiques et apaisants.
Dans les cas sévères, une antibiothérapie à large spectre par voie orale sera établie pour une durée de 2 à 4 semaines.

Les otites suppurées chroniques

Elles sont le plus souvent la conséquence et la suite d’otites aiguës non ou mal soignées.
La douleur reste importante, les sécrétions prenant fréquemment des colorations plus foncées et une odeur « putride ».
On rencontre dans ces otites la plupart du temps des bactéries poly résistante aux antibiotiques.
La prise en charge de ces otites passera donc par des prélèvements de sécrétions purulentes et des examens bactériologiques, dont un antibiogramme, permettant de choisir le ou les antibiotiques efficaces.

Les traitements seront d’au moins 4 à 6 semaines, associant traitements locaux et par voie orale.

Les otites moyennes

Ces otites résultent d’une lésion tympanique et sont la plupart du temps la conséquence d’une otite suppurée ou d'une otite par corps étranger.
La présence de pus dans l’oreille moyenne peut avoir des conséquences dramatiques, sur l’audition, mais au-delà sur l’équilibre, car les atteintes de l’oreille interne en sont les séquelles fréquentes.

Le traitement chirurgical est systématique, par curetage et mise en place de drains
Il est complété par une antibiothérapie sur antibiogramme de plusieurs semaines, par voie injectable puis par voie orale.

Otites et médecines naturelles

Qu’elle que soit le type d’otite, le recours à l’homéopathie sera d’un grand secours, pour juguler les phénomènes d’allergie, modérer les sécrétions cérumineuses, diminuer le prurit et la douleur.
Les huiles essentielles, la phytothérapie permettront de réaliser des lotions auriculaires des plus efficaces pour apaiser, nettoyer et désinfecter les conduits auditifs.
Attention toutefois à l'utilisation des huiles essentielles chez le chat, espèce dans laquelle la toxicité de celles-ci est souvent importante en raison de leur faible capacité de leur métabolisme hépatique.

Une otite est rarement bénigne. Demandez conseil à votre vétérinaire.

Vous pourrez trouver de nombreux conseils en lisant les ouvrages La santé par les plantes ou Homéopathie Vétérinaire en vente dans la Boutique du site. N'hésitez pas à nous demander une prescription personnalisée via notre rubrique Prestations en ligne