Skip to Content

Diarrhées aiguës

Définition et classification

Il s'agit de diarrhées d'apparition récente, se traduisant par une augmentation de la fréquence des défécations, souvent de leur volume, accompagnée d'un ramollissement du à une élévation de leur teneur en eau. On les classe en quatre grands groupes selon l'origine :

  • Diarrhée osmotique : la forme la plus fréquente, due au fait que l'eau de la ration alimentaire n'est pas correctement absorbée en raison de la persistance dans l'intestin grêle de substances comme des aliments indigestes, ou non digérés
  • Diarrhée par exsudation : suite à une lésion intestinale avec ulcérations et inflammations, des protéines, du sang, du mucus s'accumulent dans la lumière intestinale.C'est le cas des entérites parasitaires, bactériennes, immunologiques
  • Diarrhées par hypersécrétion : elles sont dues à une fuite d'eau et de sels minéraux depuis la paroi intestinale. On les rencontre par exemple lors des intoxications alimentaires dues aux toxines microbiennes comme celle d'Escherichia coli
  • Diarrhées par hyperpéristaltisme : plus rares que ce que l'on pense, elles sont le plus souvent la conséquence d'une des formes précédentes.

Symptômes majeurs

  • Signes généraux : très variés selon la cause, fatigue, somnolence, fièvre, anorexie, soif intense, déshydratation, parfois même état de choc.
  • Aspect des selles : il est variable en fonction de l'origine du trouble. Ainsi des selles très liquides montrent elles le plus souvent une origine au niveau du grêle, alors que des selles molles, couvertes de mucus sont elles plus fréquentes dans les origines coliques.
  • Signes abdominaux : vomissements associés dans les gastro entérites, borborygmes, palpation douloureuse avec sensation de « clapotis », parfois douleurs aiguës.

Examens complémentaires

Les bactériologies sont peu intéressantes, par contre la coproscopie permet-elle de mettre en évidence la présence éventuelle de parasites. Pour les formes sévères, des bilans sanguins sont indispensables pour juger du retentissement sur l'état d'hydratation, sur les fonctions hépato rénales.

Traitement

Le Traitement hygiénique

La mise en place d'une diète totale de 1 à 2 jours est impérative et souvent conduit seule à la guérison lors des diarrhées osmotiques. Une réalimentation progressive sera mise en route à l'aide d'aliments hautement digestibles, mixés et fractionnés pour éviter la réapparition de la diarrhée osmotique. Poulet mixé, riz très cuits et rincé sont les aliments à favoriser.

Le traitement médical

  • Les modificateurs du transit : à réserver aux formes graves et il faudra éviter les administrations répétées des spasmolytiques comme l'Imodium. Souvent il sera préférable de privilégier l'administration de dérivés opiacés spasmogènes, car ils renforcent la motricité circulaire de l'intestin grêle.
  • Les Topiques : les absorbants sont souvent des thérapeutiques de choix, mais qu'il faut interrompre dès amélioration pour éviter l'apparition d'une constipation. Aux sels d'alumine, les adeptes des médecines naturelles préféreront le charbon végétal activé ou l'argile verte ultraventilée ( voir ces rubriques)
  • Les antibiotiques : souvent inutiles, parfois néfastes, ils doivent être réservés aux traitements des diarrhées gravissimes avec risque septique important ou aux colites.
  • Lutte contre la déshydratation : Un abreuvement à l'aide de solutions réhydratantes à préparer peut être envisagée dans les formes bénignes. Le recours aux perfusions de solutés salins est indispensable lorsque l'animal souffre de troubles importants de déshydratation extra cellulaire.

Pour de plus amples conseils, n'hésitez pas à nous consulter via la rubrique Contactez nous du site ou en demandant une Prescription de soins. Vous trouverez également de nombreuses indications dans les opusucles en vente dans la Boutique du site.

haut-de-page