Skip to Content

Bulletin décembre 2014

Décembre 2014

EDITORIAL

Depuis quelque temps un souci technique a rendu inopérantes les rubriques Contact et Contactez nous du site. Nous travaillons à l'heure actuelle à remédier à cette situation, et, en attendant qu'une solution efficace soit trouvée, vous pourrez me contacter en m'écrivant directement à l'adresse phytanimal@gmail.com. J' espère que ce dysfonctionnement n'aura pas été trop gênant pour vous et, dans le cas où une question serait restée sans réponse de ma part, je vous invite à la renouveler. En ces périodes de fin d'année, ayons une pensée pour tous les animaux qui peuplent les chenils des associations de sauvegarde animale. Une adoption, un don, un don en nourriture ou autre, vous permettra de faire quelques heureux....sachons être généreux en ces jours de partage.

 


Le Dossier du mois

 

Blessures et Homéopathie

Des gestes simples, des méthodes naturelles.

Xxxx

Face à une blessure, comme une coupure, quels sont les bons réflexes à avoir ? Bien évidemment en cas de plaie profonde et /ou hémorragique, la consultation chez un vétérinaire s'impose. Celui pourra chirurgicalement arrêter les saignements, nettoyer la plaie, puis la suturer......
Mais, que faire en attendant, ou pour prendre en charge une plaie moins grave ?

 

  • Pratiquer une hémostase, à savoir interrompre les saignements en pratiquant une compression de la plaie puis en posant un pansement compressif. En cas d'hémorragie plus difficile à arrêter sur un membre, la pose d'un garrot en amont peut être justifiée. Il faut alors très régulièrement desserrer le garrot pour éviter toute anoxie des tissus.

  • Désinfecter la plaie

  • Lutter contre un début d'infection

  • Combattre le choc consécutif au traumatisme et à la perte de sang

  • Permettre une cicatrisation rapide........Lire la suite..

 

Billet d'humeur........pollueurs, tueurs!

En 2004, l’Appel de Paris alertait sur l’impact de la pollution chimique sur la santé. 10 ans plus tard, les preuves scientifiques sur les causes environnementales de l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète s’accumulent. Mais ces résultats tardent à être pris en compte dans la réglementation sur les substances chimiques et dans les politiques de santé. Mais jusqu’à présent, l’industrie bloque sur la révision des dispositifs d’évaluation. L’absence d’une réglementation ad hoc sur les perturbateurs endocriniens est un exemple emblématique du retard de la réglementation sur les connaissances scientifiques.  Quant au ministère de la Santé, il reste globalement sourd aux questions de santé environnementale. "Le projet de loi de santé publique présenté en conseil des ministres mi-octobre 2014, est une politique de soin. Il n’y a rien sur la prévention"........dormez tranquilles, gentils industriels, nous continuerons à mourir par vos soins.