Skip to Content

vaccins

Hépatite de Rubarth

Maladie virale due à un adénovirus de souche CAV1, elle est aussi dénommée hépatite contagieuse canine.
Fréquente en Europe et aux USA, cette maladie virale peut présenter plusieurs formes et souvent guérir spontanément.
Mais elle peut malgré tout entraîner des séquelles graves et invalidantes de cirrhose hépatique.

Coryza félin

Le coryza est une des affections les plus fréquentes dans l’espèce féline, causée par une association de virus et de bactéries dont les organes cibles sont les muqueuses des voies aériennes , les yeux et les muqueuses buccales.

Complexe fibrosarcome félin

Le complexe fibrosarcome félin, communément dénommé « fibrosarcome félin », regroupe un ensemble de tumeurs du mésenchyme, autrement dénommé tissu conjonctif sous cutané. Ces tumeurs sont très agressives, se développent sous la peau et envahissent les muscles voisins rapidement.
Le phénomène cancéreux concerne différents types de cellules du mésenchyme, les fibroblastes, les chondroblastes, les histiocytes et autres types cellulaires.

Toux de chenil

La toux de chenil est une affection qui touche préférentiellement les jeunes chiens.
Il s’agit d’une trachéo-bronchite fébrile, extrêmement contagieuse.
On la rencontre dans les lieux où les effectifs canins sont importants, où la promiscuité est de règle, à savoir les élevages, les animaleries, les pensions canines.

La vaccination: ses risques

En préambule, nous allons affirmer que notre propos n’est pas de décrier la vaccination. Elle a représenté un progrès considérable, permettant d’éradiquer de la surface du globe nombre de maladies redoutables, variole, poliomyélite en médecine humaine, et en médecine vétérinaire de diminuer de façon drastique la fréquence de maladies telles que la maladie de Carré chez les chiens, ou le Typhus chez les chats.

Homéopathie et Isothérapie

L’isothérapie, également dénommée isopathie, peut et doit être considérée comme une branche de l’Homéopathie, même si Samuel Hahnemann les considérait comme une seule et même médecine.En effet, il ne désirait pas différencier le semblable," homeos" en grec, de l’identique " isos" en grec.

Syndiquer le contenu