Skip to Content

abcès

Sac Anaux

De part et d'autre de l'anus chez les mammifères domestiques existent des organes appelés improprement glandes anales, dont le véritable nom est sacs anaux. Leurs sécrétions fortement odorantes sont utilisées pour le marquage du territoire. Leur engorgement , douloureux et gênant lors des défécations, peut se compliquer d'une inflammation, puis d'une infection aboutissant à la formation d'un abcès

Le Cassis

Le Cassis, Ribes nigrum, arbrisseau des jardins potagers bourguignons, est en fait une espèce sauvage qui pousse spontanément dans toutes les régions froides et humides du nord et de l'est de l'Europe. Redoutant le manque d'eau et les chaleurs estivales trop fortes, le cassis est inconnu en Provence et dans tout le bassin méditerranéen, ce qui explique qu'il est resté ignoré des grands thérapeutes de l'antiquité gréco-romaine.

La Ronce

La ronce commune, ou mûrier sauvage, Rubus fruticosus, est un arbrisseau de la famille des rosacées que tout le monde connait pour ses fruits sucrés mais aussi pour ses rameaux couverts de puissantes épines. Elle forme des atillis inextricables appelés ronciers.

La Bardane

La Bardane est une plante bisannuelle aux nombreuses vertus médicinales, parmi lesquelles des propriétés dépuratives, cicatrisantes, antirhumatismales, diurétiques....On distingue cinq variétés de bardane en France, dont les plus répandues sont Arctium lappa et Arctium minus, mais toutes appartiennent à la famille des Astéracées du genre Arctium. Pour l'anecdote, les capitules floraux sont recouverts de multiples crochets minuscules permettant à la fleur de s'accrocher dans les poils des animaux et sur les vêtements.

La Mélisse

La mélisse, originaire de l'est du bassin méditerranéen, s'est progressivement répandue dans toute l'Europe, depuis les coins ombragés de nos jardins, jusqu'aux bordures des chemins campagnards et aux rives fraîches de nos ruisseaux. La mélisse officinale, Melissa officinalis, est une plante herbacée médicinale, vivace, de la famille des lamiacées. Son odeur citronnée la fait également appeler citronnelle.

Epillets : une malédiction estivale

Les épillets en cause sont des épis de graminées sauvages, folle-avoine entre autres, qui se détachent des tiges à la fin du printemps, se dessèchent et durcissent. Ils sont alors susceptibles de s’accrocher dans les poils de nos animaux, puis de s’introduire dans les conduits auditifs, les espaces inter digités, les narines, sous les paupières, et dans divers autres orifices, tels les méats des glandes anales, le fourreau, l’orifice vulvaire….

Maladie parodontale

Votre petit compagnon commence à avoir une haleine peu  « engageante », ses dents sont recouvertes d’une substance grisâtre inesthétique, certaines d’entre elles commencent à se déchausser et tombent spontanément : il souffre d’un problème d’hygiène buccale ayant entraîné l’apparition d’une maladie parodontale.

Pyodermites

Les pyodermites sont des infections bactériennes de la peau, d’origines diverses  comme des allergies, certains parasites ou problèmes anatomiques.
Très fréquentes en dermatologie vétérinaire, elles peuvent revêtir plusieurs aspects en fonction de la profondeur de l’atteinte .
De nombreuses bactéries peuvent être mises en cause, les plus fréquentes étant par ordre Staphylococcus intermedius, Proteus mirabilis, Pseudomonas aeruginosa, Escherichia coli.

FIV

Le FIV est un syndrome d’immunodéficience, provoqué par un virus de la famille des rétrovirus, le virus FIV , ou Feline Immunodeficiency Virus, découvert chez le chat en 1986, proche du virus du FeLV.
Maladie grave, aboutissant fréquemment au décès du chat qui en souffre, elle ne concerne ni le chien, ni l’homme, ce qu’aurait pu malencontreusement laisser croire son nom courant de « SIDA du chat » .

Leucose féline

La leucose féline, également dénommée FeLV, est une affection provoquée par un rétrovirus appelé virus leucémogène félin, en anglais feline leukemia virus, d’où le nom FeLV. Cette maladie mérite sa réputation de gravité, car elle se termine souvent par le décès du chat infecté. Notons que cette maladie n’est transmissible ni au chien, ni à l’homme .

Syndiquer le contenu