Skip to Content

Les Oligoéléments : un bref aperçu

La ration alimentaire de  tous les êtres vivants sur terre, et par la même de nos petits compagnons préférés, est composée avant tout de protéines, de glucides et de matières grasses ou lipides. Mais, des éléments contenus en faibles quantité dans les aliments ingérés sont indispensables à un état de santé normal. C'est le cas des des minéraux comme le calcium, le sodium ou le phosphore, des vitamines A, B C, D, E K, PP et autres vitamines. D'autres éléments chimiques sont contenus en quantité encore plus faible dans les aliments, d’où leur nom d'oligo-éléments.

Il s'agit de corps chimiques de la famille des métaux, ou des métalloïdes. Nous pouvons citer par ordre d’importance, le fer, le cuivre, l'iode, le cobalt, le fluor, le zinc, le molybdène et le manganèse.

Toutes ces substances interviennent dans de très nombreuses réactions chimiques faisant partie du métabolisme.
Elles peuvent faire partie intégrante de la structure d'une enzyme,ou "aider" au fonctionnement d'un grand nombre d'enzymes.
Ainsi, certains oligo-éléments sont ils appelés co-facteur de telle ou telle enzyme.

D’autres interviennent en tant que constituant de telle ou telle molécule protéique complexe. L' exemple le plus connu étant le fer qui est quasiment l’élément central de la molécule d’Hémoglobine, cette protéine contenue dans les globules rouges et qui est responsable de la fixation de l’oxygène pour son transport dans le sang, depuis les poumons, jusqu’à l’ensemble des cellules de l’organisme.

Le cuivre, lui, intervient également en tant qu’antianémique, sa présence étant indispensable pour que la moelle osseuse puisse fabriquer de jeunes globules rouges. Il se révèle également indispensable en tant que co- facteur enzymatique d'une enzyme intervenant dans le métabolisme des acides gras.

Le sélénium, en association avec la vitamine E, joue le rôle d’antioxydant et de protecteur des membranes cellulaires, tout particulièrement au niveau des muscles. Sa carence peut être responsable de fragilités musculaires, voire de myosite d’effort.

L’iode joue un rôle vital en étant un des constituants majeurs des hormones thyroïdienne.

Remarquons qu’il serait préjudiciable de vouloir donner des quantités importantes de ces oligo-éléments.
Présents en faibles doses, ils sont vitaux. A doses anormalement élevés, ils deviennent toxiques, leur toxicité pouvant aller jusqu’à la létalité.
Ainsi le cuivre est il responsable de graves troubles sanguins empêchant le transport normal de l’oxygène….
Ainsi le fer en excès est il responsable de graves troubles digestifs et son accumulation en excès dans certains tissus de l’organisme responsable d’affections gravissimes comme l'hémochromatose….

Rassurez vous, dans une ration ménagère, si celle-ci est bien calculée, les aliments naturels apportent tous les oligo-éléments nécessaires et suffisants pour mener une existence saine et harmonieuse.

Nul besoin de supplémentation, hormis certains cas rares et difficilement diagnostiquables, de carences d’utilisation plus que de carences d’apport. Le cas le plus fréquent est la carence en cuivre et en vitamine B12, due à une infestation par des ténias.
Ou certaines lignées de chien souffrant d’un déficit héréditaire entraînant la non absorption du zinc par l’intestin.

De toute façon, votre vétérinaire sera vraiment le seul à pouvoir décider en toute opportunité d’une éventuelle supplémentation en oligo-éléments pour votre animal.
Pour obtenir le calcul d'une ration personnalisée avec un apport adéquat en oligoéléments, consultez notre rubrique Prestations en ligne.

haut-de-page