Skip to Content

L'alimentation de la femelle gestante

La gestation est une des étapes fondamentales dans la vie de votre chienne ou de votre chatte. Désirée ou résultat d’un "moment d’inattention", la gestation se déroule la plupart du temps sans aucun problème pour la femelle, le seul stress rencontré étant souvent….celui de ses maîtres !
Nous allons donc vous présenter quelques conseils élémentaires ainsi que des recommandations alimentaires pour que tout se déroule au mieux, pour que mère et petits jouissent de la meilleure santé possible, pour que la naissance à venir ne soit pour vous qu’un moment de joie.

La gestation : un véritable marathon pour la mère

La gestation, d’une durée moyenne de deux mois chez nos carnivores domestiques, demande des dépenses énergétiques énormes pour "fabriquer" les organismes d’une portée de chiots ou de chatons, qui seront déjà parfaitement développés à leur naissance.
Sachez en outre que la plus grosse partie de cette élaboration intervient durant le tout dernier tiers de la gestation. Alors, ne nous étonnons pas que la mère, pour trouver les protéines et l’énergie nécessaires à cette merveilleuse mécanique de la gestation, voit son appétit assez fortement augmenté durant cette période finale de la gestation.

Quelles conséquences peuvent nous tirer de cela, quels conseils donner

Tout d’abord parlons de l’âge de la femelle au moment de la gestation.

  • Eviter les gestations trop précoces est fortement recommandé.

En effet, les femelles trop jeunes verront leur croissance altérée et pourront souffrir de troubles osseux du fait que les fœtus, en quelque sorte, les spolient d’une partie de leurs réserves calciques. De plus, les chiots ou les chatons conçus par de très jeunes mères sont la plupart du temps plus petits que la normale et bien plus fragiles.

  • Eviter de même les gestations chez des femelles âgées

Chez les chiennes ou les chattes trop âgées les derniers jours de gestation et la mise bas provoquent souvent une fatigue physique et métabolique importante dont elles se remettront avec difficulté et toujours sur une période beaucoup plus longue.

Mères très jeunes ou très âgées auront donc à fournir des efforts bien trop lourds pour élaborer des petits puis les allaiter et devront puiser très largement dans leurs propres réserves, ce qui entraînera fatigue accrue et récupération pénible, longue et difficile pour beaucoup d’entre elles.

Parlons ensuite de l’activité physique des futures mamans.

Chiennes et chattes restent la plupart du temps très actives durant la gestation, souvenir des périodes ancestrales où les chiennes et les chattes sauvages devaient continuer à chasser pour pourvoir à leur alimentation.

Les chattes jouent, grimpent toujours aux arbres, continuent leurs aller retour incessants entre leur fauteuil adoré et le jardin ou les toits, lieux de leurs cabrioles préférées. Les chiennes n’interrompent pas leurs jeux, continuent à raffoler des longues promenades avec leur maître.

Puis viennent les derniers jours, le ventre s’arrondit, l’échine se ploie, l’essoufflement devient plus fréquent…..
Ne laissez pas vos petites amies tomber dans l’inactivité totale, veillez à ce que votre chienne puisse avoir une ou deux promenades quotidiennes "à pas mesurés", à ce que votre chatte puisse poursuivre quelques activités physiques au jardin.
Ainsi leur éviterez-vous une prise de poids trop importante et faciliterez-vous  le moment de la mise bas, en leur permettant de conserver une musculature abdominale et un tonus favorables au travail.

Evoquons enfin l’aspect sanitaire.

Afin que la future mère puisse profiter à 100% de la nourriture que vous lui donnez, il faut qu’elle ait été correctement vermifugée avant la gestation. En effet tous les parasites intestinaux la spolient d’une partie du bol alimentaire. Tous les autres animaux de son entourage doivent également être déparasités.

De plus vous éviterez une contamination de la portée in utero par certains parasites digestifs pouvant franchir la barrière placentaire.
Vous préviendrez également la contamination par les larves d'ascaris durant les tétées.

Certains vermifuges pourront même être administrée durant la première phase de la gestation, et votre vétérinaire pourra vous donner divers conseils élémentaires pour éviter d’éventuelles re-contaminations durant la gestation. Ainsi faut-il  cuire la viande à cœur, éviter de promener votre animal dans les lieux souillés par des animaux adultes, ne pas donner d'abats crus, etc, etc.

Pour prévenir une part des risques infectieux et pour que les anticorps maternels du colostrum soient en quantité importante, il faudra songer à ce que les mères soient à jour de leurs vaccins habituels, le traditionnel "CHPPiL".

Recommandations alimentaires

Souvenons-nous tout d’abord que la croissance fœtale est très importante en importance et en vitesse durant le dernier tiers de la gestation.

En conséquence, nous pouvons considérer que jusqu’au 40 42° jour de gestation, l’administration à la mère d’une nourriture "physiologique" pour chien adulte, dite nourriture standard, sera largement suffisante.Les quantités à distribuer seront identiques à celles données hors gestation.

A partir du dernier tiers de la gestation, il va falloir passer à une ration alimentaire apportant beaucoup plus de protéines, enrichie en vitamines et certains sels minéraux.
De plus, les ingrédients doivent être choisis de façon à ce que chaque gamelle soit "concentrée", apporte énergie et protéines sous un volume le plus réduit possible. Car l’abdomen de la mère n’étant pas extensible à l’infini, l’utérus par son volume important empêchera l’estomac d’accepter des repas volumineux en le comprimant.

Souvent la mère semble perdre une bonne part de son appétit, ce qui est préjudiciable pour ses petits mais aussi pour elle, car elle devra alors puiser dans ses propres réserves pour compenser une alimentation insuffisante. Soyez donc vigilants sur l’appétence des repas, donnez des aliments de haute valeur en ce qui concerne les protéines, répartissez la ration journalière en plusieurs petits repas qui auront tendance à moins "alourdir" l’estomac de la future maman.

Certains maîtres, dans le souci louable d’avoir des chiots ou des chatons "gros et costauds", supplémenteront la mère durant la gestation en calcium et phosphore en quantité déraisonnable….Grave erreur!
Les effets obtenus sur les petits seront inverses de ceux escomptés, et la mère verra le risque de souffrir d’une tétanie de lactation grandement accru.
L’augmentation de l’apport pospho-calcique est certes nécessaire, mais bien moindre que pour la lactation ou la croissance des petits après le sevrage, et devra de toute façon être interrompu dans les 3 ou 4 derniers jours précédant la mise bas.

Vous aurez donc compris que l’alimentation durant la gestation n’est pas à prendre à la légère, conditionnant la bonne santé de la mère, sa récupération après la mise bas, sa période d’allaitement, mais aussi, bien évidemment, la constitution et la santé de ses futurs rejetons.

Si vous n’avez ni le temps ni la minutie nécessaire pour préparer, mitonner les gamelles de votre petite compagne en gestation, il existe des aliments industriels adaptés à cet état physiologique , aliments prévus pour couvrir tous les besoins de la mère et des fœtus tout en vous assurant une tranquillité d’esprit non négligeable dans ces périodes souvent un tantinet…stressantes !
Mais pensez toujours que ces aliments sont complets et que tout apport vitaminique ou minéral ne pourra qu’être néfaste pour la mère ou pour ses rejetons.
L'alimentation de la chienne ou de la chatte gestante devant être menée avec sérieux et rigueur, demandez conseil à votre vétérinaire en cas de doute.
Demandez-nous d'établir un régime personnalisé, nous sommes à votre disposition via la rubrique Prestations en ligne

haut-de-page