Skip to Content

La Diététique du chien sportif

Vous êtes chasseur, vous pratiquez la course de traîneau, votre greyhound fait votre fierté sur les cynodromes de la région, votre petit bâtard est le roi des concours d’aglity du département….Autant de bonnes raison de vous intéresser à l’alimentation du chien sportif.

Chien de Carl Lewis ou chien d’Emil Zatopek ?

Tentons donc de voir quel type de sportif est votre compagnon à quatre pattes.

  • Monsieur Toutou

Tout d’abord, si vous et votre chien faites ensemble les traditionnelles promenade matinales et vespérales et, de temps à autre, une balade en forêt pour cueillir les champignons d’automne, nul besoin d’envisager une nourriture spéciale. Toute alimentation enrichie en énergie, protéines, vitamines, ne pourra qu’être préjudiciable à votre compagnon, qui verrait sa masse corporelle s’accroître, ses fonctions rénales et cardiaques s’affaiblir dangereusement…N’oubliez jamais que, lorsque vous rentrez chez vous un tantinet sur les rotules, votre chien pourra encore allègrement vous quémander 2 heures supplémentaires de promenade, sans risquer contractures ou hypoglycémie post effort !

  • Votre chien est un Whippet, un Saluki ou tout autre race de lévrier

Son ample thorax, sa musculature impressionnante qui se devine sous sa peau fine, ses membres fins et allongés, sa course aux foulées amples et élégantes, tout concourt à faire de votre animal le prototype du sprinter, capable d’efforts monstrueux sur de courtes distances, mais s’épuisant rapidement ensuite.

  • Votre chien est un Samoyède, un Husky, ou tout autre chien de traîneau

Une morphologie puissante et râblée, une toison fournie, une couche graisseuse sous-cutanée importante, des membres courts et puissants, nous sommes en présence d’un coureur de fond habitué à exprimer ses qualités sur les immenses pistes du grand nord canadien ou de la toundra sibérienne. Il ne battra pas un lévrier à la course, mais pourra traîner son fardeau des heures sans rechigner

  • Votre chien est un Epagneul breton, un Pointer ou un Labrador

De morphologies différentes en fonction de leur spécialisation, plaine, marais, broussailles, toutes ces races de chien de chasse ont en commun de posséder des membres solides, une certaine endurance, des facultés de récupération hors normes, et surtout un attrait tout particulier pour la poursuite du gibier à plume ou à poil quelles que soient les conditions climatiques. Voilà sans doute la définition d’un chien pratiquant la course de demi-fond.

Bien évidemment les caractéristiques ci-dessus décrites correspondent à une moyenne pour chacune de ces races. Tous les lévriers ne seront pas des champions du sprint, qu’il soient indolents ou privés d’entraînement. Tous les Malamutes ne pourront traverser les plaines canadiennes en tirant un lourd fardeau, bien des lignées ont dégénéré, faisant de certains individus de gros balourds maladroits.

L’alimentation

Tout d’abord, l’alimentation et les aptitudes naturelles de votre chien ne pourront à elles seules conditionner les résultats sportifs de votre chien. Seul un entraînement régulier voire quotidien, permettra un développement harmonieux des masses musculaires nécessaires à la pratique spécifique d’une activité donnée, leur permettra de fonctionner avec un métabolisme adapté à des efforts intenses ou plus ou moins prolongés.

Les articulations, les coussinets, les fonctions cardio- pulmonaires, sont également sollicités et améliorés par une pratique sportive régulière et les incidents tels que claquages musculaires , courbatures ou tendinites d’effort sont ainsi souvent prévenus.

Venons en enfin à l’alimentation. Quel que soit l’effort, il semble évident qu’un animal à l’entraînement ou durant une épreuve sportive, va dépenser beaucoup plus d’énergie que le toutou mollement étendu dans sa niche ou devant sa gamelle ! Suffit-il pour autant d’augmenter plus ou moins la quantité d’une nourriture standard ? Bien évidemment non, et pour la raison très simple, qu’un chien ayant une activité physique de haute intensité va dépenser jusqu’à trois fois plus d’énergie qu’un chien sédentaire de même poids.

  • Intérêt des lipides

Le volume de l'estomac d'un chien sportif ne pourra lui permettre d’ingérer une ration trois fois plus volumineuse, comparée à celle d'un chien sédentaire!
Une ration est composée, entre autres, de protéines, de lipides et de glucides. Lequel de ces nutriments est susceptible de fournir de l’énergie facilement utilisable sous un faible volume ? La réponse est immédiate, ce sont les lipides.

De ce fait l’alimentation des chiens sportifs, tout particulièrement des chiens nordiques, sera fortement enrichie en lipides qui sont, outre leur apport énergétique, très facilement digérés. Non content de tenir compte de la quantité de lipides à apporter, il faut également se préoccuper de la qualité nutritionnelle des lipides qui doit être prise en compte pour satisfaire à tous les besoins.

Les graisses animales, le lard par exemple, apporteront des acides gras saturés à chaîne longue, relativement énergétiques.

Les huiles de coprah, par exemple, apporteront ceux à chaînes courtes et moyennes.

Les huiles de soja ou de tournesol, apporteront des acides gras poly-insaturés de la série n-6, indispensables, entre autres, à la qualité du revêtement cutané et au bon fonctionnement du système nerveux.

Les huiles de poisson, enfin, apporteront des acides gras de la série n-3 indispensables au métabolisme musculaire.

Notons qu’une supplémentation en Vitamine E et en Sélénium, tous deux anti-oxydants et protecteurs des membranes cellulaires, est indispensable pour que les muscles bénéficient pleinement de cet apport lipidique.

  • Les protéines

Elles seront augmentées en proportion bien plus raisonnables, mais seront des protéines de très haute valeur, telles les protéines de la viande de bœuf, des poissons blancs, ou même des œufs.

  • Les glucides

Les glucides verront leur proportion réduite, du fait de leur faible coefficient de digestibilité, de leur apport énergétique médiocre et de leur propension à provoquer dans les masses musculaires une fabrication importante et précoce d’acide lactique, responsable de fatigue musculaire, de crampes et de courbatures.

Plus d’un musher, plus d’un entraîneur de lévrier aura sa recette miracle pour mijoter des gamelles qui feront de ses chiens des champions. En suivant les prescriptions diététiques de votre vétérinaire, vous pourrez sans trop de problème élaborer une alimentation pour votre athlète canin. Mais bien des grandes marques d’aliments pour chiens savent de nos jours fabriquer d’excellents aliments pour chiens sportifs. Alors, à vous de voir, nourriture ménagère bien préparée, ou croquettes énergétiques toutes prêtes, peu importe, pourvu que vous sachiez mener un entraînement digne de ce nom et que vous distribuiez l'aliment d’effort durant les périodes d'entrainement  aussi bien que durant les épreuves sportives.

La qualité d'athlète de votre chien doit donc vous inciter à demander conseil à votre vétérinaire.
Pour votre Lévrier, votre Husky ou votre Setter, nous restons à votre disposition pour mettre en route un régime personnalisé. Demandez-nous conseil via la rubrique Prestations en ligne.

haut-de-page