Skip to Content

De la viande, et quoi d'autre

Nos amis chiens ou chats ont la fâcheuse tendance à être gourmands! Donnez leur de la viande, encore de la viande, toujours de la viande, ils en seront ravis…Pourtant une alimentation strictement carnée leur sera rapidement néfaste, dans certains cas fatale ! voilà pourquoi….

Un peu d'histoire

Il fût un temps où les chiens étaient encore les commensaux des loups, nos chats de féroces carnivores sauvages hantant les savanes des régions chaudes. A l’instar de leurs cousins les lions, les tigres et autres coyotes, nos amis à quatre pattes dévoraient alors allègrement leurs proies, la plupart du temps de petits herbivores, souris et autres lapins, du bout de la queue jusqu’au bout du museau, estomac et intestins compris….Et par la même nos amis ingéraient le contenu stomacal et intestinal de leurs proies, à savoir divers végétaux.

Les temps ont changé, pas les besoins de nos amis carnivores domestiqués depuis.
De très nombreux physiologistes se sont penchés sur les besoins nutritionnels des carnivores. Tous s’entendent pour affirmer que la présence de végétaux dans la ration alimentaire de tous les carnivores domestiques est indispensable pour que ces derniers se maintiennent en parfaite santé.

De l'importance des végétaux dans la ration alimentaire

Les végétaux, céréales ou légumes, contiennent souvent une proportion de fibres conséquente. Ils contiennent également des pectines, des mucilages et d'autres constituants des tissus végétaux.

  • Le transit

Tous ces éléments sont indispensables au transit gastrique et intestinal de nos amis carnivores.
Ils régulent les temps de passage dans l’appareil digestif, évitant entre autre la stase du bol fécal et par la même la constipation.

Ils favorisent également l’absorption des nutriments par la paroi intestinale, donc la digestion.

Leur volume important permet de "remplir" l’estomac, ce qui contribue à donner une sensation de satiété. Autrement les fibres végétales permettent de couper la sensation de faim.

Enfin, la nature chimique et physique des fibres végétales varient d’un aliment à l’autre. Les aliments à fibres longues côtoient  les aliments à fibres courtes, les légumes riches en mucilages côtoient les légumes riches en pectine.
Selon les caractéristiques du transit de votre compagnon, il sera possible de choisir les végétaux de son bol alimentaire.
Pour compenser un transit trop rapide, on augmentera la proportion des pectines. Pour l’accélérer en cas de constipation, on augmentera la part des végétaux à fibres longues.

  • Importance des végétaux au niveau métabolique

Les végétaux, céréales ou légumes, se révèlent également indispensables par certains apports nutritifs indispensables au métabolisme de nos carnivores domestiques. Ainsi, des lipides appartenant à la famille des acides gras insaturés, tels les acides linoléique ou alpha-linolénique, interviennent-ils dans le métabolisme de nombreux organes, depuis la peau jusqu’au système nerveux.
Une carence en ces acides gras serait synonyme de troubles neurologiques, de retards de croissance, de diverses dermatoses infectieuses, et d’états d’amaigrissement voire de cachexie. Nous pouvons trouver ces corps gras dans des végétaux tels que le colza, le tournesol, le soja.

Bien évidemment céréales et légumes, outre des lipides, apportent les glucides indispensables. Il faudra toutefois veiller à ne pas déséquilibrer la ration alimentaire au profit des légumes riches en sucres, au risque de provoquer une prise de poids excessive et d'augmenter notablement le rsique diabétique.

Il est aujourd'hui possible de maîtriser ou d'améliorer l'intérêt nutritionnel des végétaux présents dans la pâtée. Les techniques de floconnage ou de soufflage sont des procédés qui permettent d'optimiser l'usage qui sera fait de ces ingrédients dans les intestins.Les céréales type corn flakes ou céréales soufflées modulent le transit intestinal et peuvent être plus facilement digérées.

Une alimentation équilibrée, qu’elle soit ménagère ou industrielle, devra donc comporter une proportion idéale de céréales et de légumes à fibres longues, sauf avis médical contraire. Il faudra veiller tout particulièrement à l’apport quotidien en acides gras insaturés.
Pensez donc, si vous faites la cuisine pour votre petit compagnon, à toujours rajouter de l’huile crue de tournesol ou de colza dans sa gamelle. Une petite conclusion humoristique, une recette  "à la Marcel Pagnol" :

Un bon gros tiers de viande
Un tiers moyen de céréales, riz bien cuit ou autre
Un tiers de légumes verts, haricots, courgettes, salade cuite ou autre
Et une lampée d’huile de tournesol ou de colza
Et une bonne pincée de levure de bière.
Telle est la recette d’une gamelle pour notre toutou !

Conclusion

Laisser nos chiens et nos chats composer leur menu en mangeant uniquement, ou presque, de la viande est à proscrire absolument.
Qu'il s'agisse de pâtée ménagère ou de produits industriels, il faut toujours veiller à ce que les proportions de végétaux soient suffisantes dans la ration.
Malheureusement, les fabricants d'aliments industriels sont autorisés à mentionner sur l'étiquette de leurs produits les légumes, dès qu'ils sont incorporés à raison de 4 ou 5%, ce qui est une quantité notoirement insuffisante.
Fort heureusement, de plus en plus de fabricants ne se contentent pas de ce minimum et composent des repas de qualité nutritive satisfaisante.

Pour orienter votre choix, demandez conseil à votre vétérinaire.
Pour obtenir un menu personnalisé ou des conseils pour un choix judicieux d'aliments, contactez-nous via la rubrique Prestations en ligne.

haut-de-page