Skip to Content

Chiots & Chatons, éducation et alimentation

Et oui, ce gros matou pelotonné à vos pieds sur votre couette d’hiver, et cet affectueux molosse de 50 Kg qui prend plaisir à démolir vos précieux bibelots à grands coups de queue, oui eux, n’ étaient encore que des petites boules de poil vagissantes voila encore quelques mois. La faute à Mère Nature qui a donné à ces espèces des vitesses de croissance physique et de développement psychique aussi élevées.
Il va donc vous falloir prendre le taureau par les cornes, façon de parler, bien évidemment, pour des propriétaires de quadrupèdes carnivores à élever ! Car, tant au niveau de l’alimentation que de celui des modalités de vie en commun avec les humains, c’est dès les premières semaines qu’il vous faudra appliquer les règles élémentaires que vous donnera votre vétérinaire. Voyons donc, dans l’ordre, quelques conseils alimentaires, pour évoquer rapidement ensuite, quelques règles de vie à inculquer.

L’allaitement

Soyez rassurés, dans 95 % des cas, la mère pourvoira à l’allaitement de la portée sans problème aucun.
A vous de jouer pour lui fournir la boisson et les aliments adaptés à sa fonction de "laitière", pour trouver le meilleur endroit, hors des courants d’air et chauffé convenablement, pour que les touts petits vivent au mieux leurs premières semaines.

Pensez à vérifier matin et soir que chacun d’eux est bien alimenté, c'est-à-dire bien hydraté, le ventre rebondi, et faisant preuve d’un dynamisme bruyant.

Parfois, un début de mammite,une insuffisance de sécrétion lactée voire une tétanie de lactation, vous obligeront à pratiquer un allaitement artificiel partiel ou total. Ne faites pas l’erreur de partager la portée entre ceux qui tètent la mère et ceux qui bénéficient du biberon.
Il faut que chacun puisse, si possible, téter un peu aux mamelles, et boire un peu au biberon. Alternez-donc les biberons et les tétées aux mamelles. Car rien ne remplace et ne remplacera jamais le lait maternel. Pour les recettes " maison", ainsi que les conseils d’administration, reportez vous au chapitre  Biberons & Cie de la rubrique Alimentation du site


Le sevrage

Les premier mois passés, la maturité des organes digestifs, les incitations de la mère, le comportement de jeu, tout cela va permettre aux petits, entre deux bonnes tétées, de s’essayer à une nourriture solide.Souvent il s'agira de celle que la mère n’aura pas fini dans sa gamelle.

Parfois, nécessité oblige, vous pourrez tenter un pré-sevrage plus précoce, au bout de 20 à 25 jours, lorsque les petits sont allaités artificiellement, de façon à vous simplifier la vie un peu plus rapidement, et éviter ainsi de nombreuses séances de préparation et d'administration de biberons.

Il vous faudra procéder à une phase de transition alimentaire de 10 à 12 jours, en administrant chaque jour une portion un petit peu plus importante de nourriture solide. Il ne faudra jamais omettre de préparer une ration équilibrée, de type "viande riz légumes", de façon à les habituer à ces ingrédients dès leur plus jeune âge.
Mais veillez à ne choisir que des ingrédients de très haute qualité, de façon à ce que les rations soient parfaitement digestes. Le déclenchement de troubles digestifs précoces, suite à une alimentation déséquilibrée, serait nuisible à l’avenir immédiat et à long terme des touts petits.

La croissance

Votre petit compagnon vient d’achever son sevrage.
S’ouvre alors pour lui une des périodes cruciales de sa vie, la croissance.
Ses os, ses tendons, ses muscles, tout son organisme va grandir, ce qui nécessite une consommation de protéines et d’énergie fantastique. Par le jeu, l’exploration de l’univers qui l’entoure, et l’éducation, son comportement futur de chien ou de chat adulte va progressivement se mettre en place.
D’où l’importance majeure de l’alimentation durant cette période, ainsi que l'importance des règles d'éducation à appliquer qu’il vous faudra apprendre et respecter.

  • La nourriture

La nourriture sera en quelque sorte beaucoup plus riche et présentée sous une forme plus concentrée que la nourriture standard du chien  oudu chat adulte.En effet, les besoins pour la croissance sont élevés, mais l'estomac d'un chiot ou d'un chaton est bien petit en comparaison des volumes à ingurgiter.

Elle devra être équilibrée quant aux apports en phosphore, calcium et minéraux, pour permettre une croissance du squelette la plus harmonieuse possible. Les carences peuvent être responsables, entre autres,  de rachitisme et les excès de calcium ou de vitamine D peuvent entraîner des troubles tout aussi graves, comme l’ostéomalacie, ou des calcifications organiques disséminées.

La préparation d’une ration ménagère pour un chiot est plus ou moins aisée. Elle risque d’être très compliquée pour un chaton, au risque de voir les gamelles systématiquement refusées en raison d'une appétence insuffisante. Dans d'autres cas, le chaton pourra avoir une croissance perturbée par une alimentation totalement déséquilibrée au profit des protéines seules.

Le recours aux aliments industriels, s’il vous paraît moins satisfaisant d’un point de vue sentimental ou de votre implication personnelle dans l’alimentation de votre animal, vous apportera néanmoins une grande sûreté dans la qualité des ingrédients et la facilité du calcul des rations à administrer. Il faut parfois savoir faire confiance aux industriels du secteur agro-alimentaire.

  • L'éducation alimentaire

La croissance est aussi le moment où les "bonnes habitudes" doivent être prises.
Un bout de chou qui grimpe sur la table pour dérober quelques morceaux dans une assiette peut prêter à sourire…..
Un chiot ou un chat qui fait des cabrioles pour obtenir le biscuit ou la friandise qui le fait saliver de gourmandise, attendrira le cœur le plus endurci…

Mais c’est bien là le problème. Il vous faudra dès le départ adopter les bonnes attitudes, à savoir réprimer avec douceur mais fermeté les petites et grosse bêtises, et limiter au maximum la distribution de friandises, de restes de repas à table, et autres biscuits Waf Waf….

Sinon, un beau jour, vous regarderez avec nostalgie la photo de votre animal au temps où il était svelte, alors que vous aurez sous les yeux le résultat d’années et d'années de repas déséquilibrés, de grignotage et de friandises diverses : un gros balourd qui n’arrive plus à remuer ni pied ni patte!

La croissance d'un chaton et d'un chiot est réellement une des étapes les plus cruciales de sa vie. C'est pourquoi il vous faudra limiter au maximum les erreurs d'alimentation et les erreurs d'éducation durant cette période. N'hésitez jamais à prendre conseil auprès de votre vétérinaire.
Nous sommes à votre disposition pour des conseils personnalisés de diététique et d'éducation canine ou féline. Rendez-vous dans notre rubrique Prestations en ligne.

haut-de-page