Skip to Content

Alimentation & Allaitement

Notre jeune mère vient de mettre bas, toute la maisonnée contemple émerveillée le spectacle des tous petits en train de téter goulûment aux mamelles gorgées de lait.
Spectacle émouvant qui ne doit pas nous faire oublier que débute pour la mère une nouvelle étape tout aussi épuisante que celle qui vient de se terminer, l’allaitement !

Physiologie de l'allaitement

Cette période cruciale va durer en moyenne 8 semaines dans l’espèce canine et représenter pour la mère un effort métabolique intense, supérieur par bien des points à celui fourni durant la gestation.

En effet, il faut savoir que les petits, particulièrement affamés au milieu de cette période, vont devoir ingérer aux alentours de 3 à 3,5 grammes de lait pour grossir eux même d’un petit gramme.
Un calcul rapide permet d’estimer qu’une chienne pesant une dizaine de Kg et allaitant 4 chiots, produira entre 18 et 22 Kg de lait durant cette période, donc à peu près le double de son poids.
Par la même, l’abreuvement et l’alimentation doivent permettre à la mère de produire une quantité de lait aussi phénoménale..

Abreuvement et alimentation

  • La boisson

Il faut impérativement veiller à ce que la mère ait toujours à disposition une belle gamelle d’eau. Vous la renouvellerez aussi souvent que nécessaire pour éviter la formation d'odeurs et de goûts désagréables. Cela permettra de maintenir également une qualité bactériologique de l'eau toujours irréprochable.
Pensez à laver le récipient quotidiennement, et à le rincer soigneusement pour éviter les résidus de détergent.

  • La nourriture

La mère, pour récupérer rapidement et totalement de sa période de gestation et de l’allaitement qui a suivi, ne doit pas avoir à puiser dans ses propres réserves lipidiques, protéiques et minérales.
Un aliment d’allaitement de qualité sera en fait similaire à celui donné dans le dernier tiers de la gestation, hormis la composition en calcium et vitamines.
Des protéines de haute qualité nutritionnelle, une énergie facilement métabolisable, une pâtée fortement appétente pour que la mère ne rechigne pas à ingérer la totalité de la ration distribuée, sont les principales caractéristiques de cette alimentation.

La ration journalière devra être distribuée en  4 ou 5 petits repas, pour stimuler l'appétit et éviter les surcharges gastriques.

Certaines mères ayant un instinct maternel des plus développés, hésitent à quitter leur portée pour s’alimenter et s’abreuver. Placer les gamelles à proximité du panier sera une solution pour l’inciter à s’alimenter.

Une caractéristique importante de l’aliment d’allaitement comparé à celui de gestation, sera l’apport calcique bien plus important. Cet apport minéral, conjugué à une alimentation riche et de qualité évitera une des affections redoutées de la période d’allaitement, à savoir la tétanie de lactation.
Cette affection se traduit chez la mère par une adynamie, des spasmes musculaires, et, dans les cas graves, par des crises tétaniformes pouvant entraîner le décès de la mère si elles ne sont pas prises en charge médicalement dans des délais très brefs.
La tétanie de lactation débute la plupart du temps aux alentours du 20° jour d’allaitement et sa fréquence est bien plus élevée chez les mères chétives, dénutries suite à une alimentation non adaptée, ou allaitant une portée trop volumineuse.

De ce fait, il n’est pas rare pour préserver une mère affaiblie, de devoir sevrer précocement tout ou partie de la portée, tout en poursuivant un allaitement artificiel des petits, jusqu’à ce qu’ils aient la possibilité d’ingérer de la nourriture solide.

Rappelons pour mémoire qu’un autre des facteurs favorisant l’apparition de cette affection est la complémentation excessive, non maîtrisée, en calcium et phosphore de la mère durant la gestation, en particulier durant la dernière semaine;

Pour conclure, alimentation et abreuvement doivent être conduits avec le plus grand des sérieux pour assurer à votre jeune mère une récupération rapide, et aux petits un harmonieux début dans la vie. N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire qui saura vous donner les conseils adéquats et prévenir ou dépister tout début de carence calcique. Il pourra ainsi être à même d’éviter au maximum à votre animal les risques d'une tétanie de lactation .
Nous restons à votre disposition pour un conseil personnalisé via notre rubrique Prestations en ligne

haut-de-page